- Nous, nous décidons que nous ne vieillirons pas vieux. - Nous, nous décidons de notre dernière rébellion, de notre dernière trace. - Nous, nous vieillirons jeune afin que le monde change encore.

Manifeste

Manifeste de celles et ceux qui auront 107 ans un jour

 

  • Nous qui étions la raison de vivre puis de mourir de nos grands-pères.
  • Nous qui étions la raison de survivre et de résister de nos parents.
  • Nous qui tremblons encore à un bruit de bottes dans la nuit noire.
  • Nous qui jouions quand les balles qui sifflaient n’étaient pas dans le jeu.
  • Nous qui aimions leur soin de nous sous les bombes.
  • Nous qui nous surprenons à être terrifiés encore par le son d’un vieil avion.
  • Nous dont les mères ne s’en sont jamais remises.
  • Nous dont le premier amour de petite fille est mort en Indochine.
  • Nous qui avons perdu l’innocence du monde avec « Nuit et brouillard » et sommes désormais tous juifs.
  • Nous pour qui chantaient Bécaud, Richard Anthony, Brel et Brassens.
  • Nous qui n’étions « les jeunes cons » de personne et qui savions que « les bourgeois c’est comme les cochons, plus ça devient vieux plus … ».
  • Nous qui foncions la nuit dans les poubelles des bourgeois, à coups de deux-chevaux.
  • Nous qui, heureusement, avions les livres.
  • Nous qui avons fait l’amour avant la cérémonie.
  • Nous dont la liberté des filles était rythmée par l’arrivée de leurs règles.
  • Nous qui nous échangions des adresses de tricoteuses.
  • Nous dont une copine est allée en prison.
  • Nous qui éclations en sanglots au mariage « forcé » d’une copine ou d’un copain car nous savions les rêves qu’ils avaient eus.
  • Nous, les filles, qui avons pris une pilule à détraquer une jument.
  • Nous qui séchions les cours pour aller aux films de Truffaut.
  • Nous qui voyions sans comprendre revenir d’Algérie un copain devenu un muet fou.
  • Nous qui étions parfois aussi seul que Françoise Hardy au temps des copains.
  • Nous qui avons fait des enfants … étonnants.
  • Nous, qui savons ce qu’est vivre quand des petits enfants hurlent de bonheur, du plus loin qu’ils nous voient, et courent de toutes leurs forces dans nos bras, si bien que le monde a définitivement basculé dans l’amour.
  • Nous, nous décidons que nous ne vieillirons pas vieux.
  • Nous, nous décidons de notre dernière rébellion, de notre dernière trace.
  •  Nous, nous vieillirons jeune afin que le monde change encore.

 

 

 

 

 

Partager sur les réseaux sociaux:
  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • Netvibes
  • MySpace
  • Scoopeo
  • Wikio FR

2 comments

  1. clerc

    Je découvre votre site, et découvre que désormais je me sentirai moins seul à claironner que vieillir n’est pas une fatalité. En effet, tout est affaire d’intention, de conscience, et… d’amour! L’amour n’est pas un vain mot, mais un sentiment de plénitude et de reconnaissance pour le cadeau de la Vie. Selon moi, la meilleure façon de perpétuer son existence consiste à abattre les soit disant frontières qui séparent une chose d’une autre, un être d’un autre, une nature d’une autre. Cela se fait par l’action volontaire de l’esprit, et cela se manifeste par l’action joyeuse dans l’éternel présent.

    1. Madeleine

      Merci, l’unicité du monde. J’ai traduit le livre de Lynn McTaggart: Le Lien quantique, je crois qu’il vous plairait.
      Bien cordialement,
      Madeleine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>